A History Of Snowboarding With Serge Dupraz | Une Histoire De Snowboard Avec Serge Dupraz

Editor’s note: Pour la version française, veuillez aller au bas de la page.

Snowboarding is rife with Carvemania and so we’ve profiled the man who started it all. It was with the introduction of Serge Dupraz’s Hot Snowboards ‘One Sixty’ model that allowed our snowboarding forefathers to not only shred the pow, but also hold an edge on piste. Serge is still innovating today and his brand Dupraz leads by example.

Dupraz

Holder Dorsam, Tignes

Serge, tell us about your history. You’ve been in the industry for 35 years…
Yes, even a bit longer. Hawaii was the place I wanted to be and the North Shore was the place where I wanted to discover how to make boards. I went there to learn how to shape – that was my goal. I just wanted to become a professional shaper, which I became. For six years I shaped, sanded, glassed, etc. It’s during that first six months in 1980 that I learnt the fundamentals I’m still applying to my shapes today.

I started making and selling snowboards in the 1983/84 winter, which were custom handmade shapes – Hot Snowboards. At this time we were just riding in powder, surfing the snow, but after a while riding the deep stuff wasn’t enough. We then developed boards to be able to ride every day, even on piste. This led to the invention of carving; the Vitelli turn of course coming from one of our team riders, Serge Vitelli who blew peoples minds on the ‘Revolution’ model I shaped. Our Hot pro team riders stoked out snowboarders across the globe on these amazing shapes that eventually inspired the entire ski industry.

After a break I started Dupraz in 2003 and launched my first D1 combining all my experience of aquatic shapes but also the great alpine experience I learned from from Hot (in 1990 Hot was the top selling brand in France, selling four times more boards than the world leader). The D1 is a game changer, it provides exceptional performance in deep snow (great acceleration and float) but is also a carving machine on piste, even in icy conditions. The cherry on the cake of all of this, is it gives a real surfy feeling. We allow snowboarders to play differently and surf the mountain.

Dupraz

Ludo Strohl, Meribel

You still have tons of energy and don’t miss a day on the mountain – what’s the secret to your youth?
My passion back in the day was to be able to surf the snow, because I was learning to surf the ocean when I first arrived in Hawaii. My dream was to adapt a good portion of what I’d learnt on the North shore shaping and adapt and transfer the rocker lines and parameters to allow the boards to surf another form of swell, but this time in the Alps! That in a nutshell is how Hot Snowboards was created and how I started Dupraz Snowboards.

Our One Sixty was the first board that allowed riders to carve on piste, back then with my model Revolution, my Hot pro team riders: Serge Vitelli, André Maszewski, Philippe Imhof, Eric Rey, Nicolas Mathey, Corinne Pialat, and our junior Lolo Besse, all trained by Luc Faye – were able to bring powerful carving and extreme turns, which stoked out the whole winter sports industry.

And it was with these guys and my board knowledge that we developed and created the ‘Logical’, the very first full asymmetrical snowboard produced – the team won everything possible.

Years later with Dupraz I combined the best alpine and surfing ingredients together, my DNA – the DNA of the company – to produce a very unique alchemy into my boards.

Today life is all about the flavour of the month and how it’s wrapped up. What we have here in the epicentre of Europe is one of the most fun winter backyards in the universe. My office is at the foot of the Alps and – stopwatch in hand – no more than 45mins from some of the most insane places to ride. The timeless tools I’ve been designing for many decades encompass the years spent on the mountains, tweaking little by little, day after day the mechanics of what is needed to make a great board. Let me tell you, it’s not easy to put it all together… because all it takes is for one element to be misplaced and suddenly it’s all out of sync… Don’t be fooled by marketing. A great board needs time and if it’s good it doesn’t need to be changed every season!

What I’ve put in the D1 is a unique alchemy; the fruits of all that experience of thinking how to improve your riding, gaining more fluidity, a real surf style fluidity, not a glossy marketing one. Dupraz shapes deliver more performance no matter your level, or the snow conditions, and all with less effort. A more intuitive way of riding, a more natural one… I love riding on water or on snow, that’s a vital part of my life and has been since I was a little kid. I can’t stop thinking of how to improve the toy I’m riding on and love to share it with other riders. I love playing and feeling closer to the elements, more connected to nature. The tremendous feedback I get, the moments I spend (so many every winter) with riders under my demo tents or riding, watching their faces, smiles and bright eyes gives me endless energy! That’s one of my secrets, plus the amazing moments I spend riding and playing in nature, admiring and being part of it, being somewhere that I’m spiritually connected.

What is your approach to design and what technical evolutions have you made over the years?
From day one in 2003 with the first DI, I’ve worked with what is inside the board, to optimize the Dupraz shape and its unique geometry. I’ve always wanted to let my shapes resemble what I’ve been doing for years, shaping custom surfboards.

Over the years I have been evolving the construction process, refining materials to make the board lighter underfoot, without loosing reliability. Our boards are ultra solid and I love that our customers keep them for years and years.

We are working hard for what is going to be the new golden age of snowboarding. We are re-opening the market from the elitist-freestyle-only-niche. Our growth potential is very wide; we know our original concept so well, which comes from the essence of snowboarding and now shops are now becoming more receptive to our shapes. With riders spreading the word about us worldwide, it’s time to structure a network with the best agents and distributors.

Dupraz

Nicolas Vaudroz, Valée  Blanche, Chamonix

Tell us about the production side of things at Dupraz.
At Dupraz we love the fact that we manufacture in a democratic country, with salaries and social rights protecting the workers. The people who make our boards by hand know what they are making because live in the European mountains and enjoy riding our products.

How do you work to make Dupraz sustainable?
The very best rubbish is the rubbish we don’t produce. Snowboards, like skis are really hard to recycle. When in the creation process of the DI, I wanted a board that would do the job of three or four others. I wanted to simplify the quiver of the riders – one board to do all. It’s an extremely hard goal to achieve, but it’s the best option for the planet.

Just as your boards were trend setters, you’ve also been organising bank slaloms since way before the hype too?
One of the problems that the snowboard market has had during the past few decades was that events were too elitist and not open to average snowboarders. I decided some twelve years ago to organize Banked Slaloms and push that format. We created events that are accessible, welcoming, fun, open to everyone, not dangerous and with a great surf-like feeling. I’ve organized more than 40 Banked Slaloms and it’s been a great investment for us. I am so stoked to see the phenomenon spreading worldwide now. We are going to be celebrating the 10th anniversary of the ‘Dupraz Happy Banked Slalom’ in Morillon/Grand Massif in 2018. Our DI boards are often on the podiums of great Banked Slaloms all over Europe.

What’s unique about your distribution model?
No one discounts our products. We do not over-produce or sell with a short term vision. Our dealers can offer an original product not sold everywhere, making clients very happy and this allows shop staff to take back their original role of technical adviser – surprising their customers. We love that our dealers are able to keep great margins.

Dupraz

Photo Sebastien Anex, rider: Nicolas Vaudroz. Tenjinaira, Japan

What’s new and fresh with Dupraz this year?
I think there might be a misconception of what people understand as “fresh”. For me fresh means timeless. This may sound paradoxical, but in essence it is really just fine-tuning. When riders come into our ‘world’ and start to speak ‘our language’, they discover different models and understand the coherence of our range. The boards roughly look pretty much the same, but in fact they are made for different uses. Riders are always impressed to discover this.

We are presenting some models with more carbon fibre than we’ve ever played with before.

Le monde du snowboard connaît une véritable carve mania et, logiquement, nous sommes allés à la rencontre de l’homme par qui tout est arrivé. Depuis le lancement de son modèle ‘One Sixty’ chez Hot en 1985, Serge Dupraz a donné naissance à une génération de ‘rideurs de peuf ‘, mais aussi d’amateurs de conduites coupées sur piste. Serge est toujours aussi innovant et sa marque Dupraz est assurément celle qui fait la trace.

Serge racontez nous votre histoire, vous avez passé 35 ans dans l industrie du snowboard…
Je dirais même davantage. Hawaii était l’endroit où je voulais être, et plus particulièrement le North Shore était l’endroit où je voulais découvrir comment fabriquer des planches. J’y suis allé pour apprendre à shaper, c’était mon objectif.

Je voulais devenir un shaper professionnel, ce que je suis devenu. Durant six années, j’ai shapé des planches, je les ai poncées, décorées, stratifiées, glacées, etc. C’est lors de ces six premiers mois en 1980 que j’ai appris les bases que l’on retrouve encore aujourd’hui sur mes shapes.

Dupraz

Dupraz

C’est durant l’hiver 1983/84 que je me suis mis à fabriquer et vendre des snowboards, des shapes sur-mesure (custom made), faits à la main, sous le nom de Hot Snowboards. À l’époque, on ne ridait que dans la poudreuse, on surfait sur la neige. Au bout d’un moment, et même si on a ici des terrains de jeux extraordinaires, ce n’était plus suffisant… Alors nous avons imaginé des planches que l’on pourrait utiliser tous les jours, même sur les pistes. C’est ce qui, plus tard nous a amené à l’invention du carving avec le célèbre Vitelli Turn, du nom d’un de nos rideurs Serge Vitelli. Les gens ont halluciné en le voyant tirer des courbes incroyables, carrément couché sur la neige, sur le modèle ‘’Revolution’’ que je lui avais fabriqué. Nos rideurs du ‘’Hot Pro Team’’ ont tapé dans l’œil d’un tas de snowboardeurs à travers le monde sur leurs incroyables boards à lignes de carres creusées dont a fini par s’inspirer l’industrie du ski toute entière.

Après un break, j’ai lancé la marque Dupraz en 2003, avec le modèle D1 qui regroupait toute mon expérience des shapes de surf d’eau, mais aussi tout ce que j’avais appris dans l’alpin chez Hot – n’oublions pas qu’en 1990, Hot était en tête des compétitions internationales mais aussi en tête des ventes en France et on vendait quatre fois plus de planches que le n°1 mondial. L’arrivée du D1 a changé et continue à changer la donne:  il se montre exceptionnellement performant dans la neige profonde (forte accélération et portance), mais il s’agit également d’une vraie machine à carver sur piste, et même sur neige glacée. Pour compléter le tout – la cerise sur le gâteau – nous amenons aux snowboardeurs la possibilité de jouer différemment avec le terrain et de véritablement ressentir la sensation de surfer la montagne, dans toute sa diversité.

Vous avez toujours des tonnes d’énergie et ne manquez pas un jour à la montagne – quel est le secret de votre jeunesse ?
J’aime glisser, que ce soit sur l’eau ou sur la neige, c’est quelque chose d’essentiel que je pratique tout au long de l’année et qui fait partie de ma vie, cela depuis mon enfance. Je ne peux pas m’empêcher de penser à la façon d améliorer l’engin sur lequel je suis en train de glisser, et j’adore partager ces nouvelles sensations avec d’autres glisseurs ou riders… J’aime jouer et me sentir proche des éléments, plus connecté à la nature.

Les formidables retours et commentaires qu’on m’adresse, les si nombreux moments que je partage avec des riders sous ma tente de tests à les conseiller ou en glissant avec eux… regarder leurs visages, leurs sourires d’une oreille à l’autre avec les yeux brillants de plaisir et de reconnaissance me procurent une énergie folle.

Voilà un de mes secrets.

Ma passion de la glisse me nourrit et me donne elle aussi beaucoup d’énergie. Elle a d abord été initialisée sur l’eau avec notamment ces voyages successifs à Hawaii, où je me suis familiarisé avec les vagues. A la découverte du snowboard j ‘ai voulu être capable de retrouver ces mêmes sensations en hiver dans le but de surfer la neige. C’est toute cette expérience acquise en shapant sur la North Shore qui m’a permis d’adapter et transférer les lignes de rocker, outlines et autres différents paramètres pour permettre de surfer une autre forme de swell, cette fois dans les Alpes. C’est donc une approche très différente des autre marques. Voilà en un mot comment a été crée Hot Snowboards et quelle est l’origine de la marque Dupraz.

En 1986 Notre modèle ‘One Sixty’ a été le 1er modèle qui permettait aux riders

d’effectuer de belles conduites coupées puis de carver sur la piste. Puis avec le modèle ‘Révolution’ mon équipe de riders du Hot Pro Team – André Maszewski, Philippe Imhof, Eric Rey, Nicolas Mathey, Serge Vitelli, Jean-Marie Devaux, Corinne Pialat et notre junior Lolo Besse, sous la houlette de l’entraineur Luc Faye – a été capable d’exécuter des puissants carvings et des virages extrêmes, ce qui a bousculé toute l’industrie.

C’est aussi pour cette équipe de riders que j’ai crée et qu’ensemble nous avons développé le ‘Logical’- le tout premier snowboard totalement asymétrique spatule talon et lignes de carres. Nos riders ont raflé toutes les victoires …

Des années plus tard, avec Dupraz, j’ai mixé les meilleurs des ingrédients alpins et aquatiques pour obtenir cette alchimie unique qui constitue mes snowboards. C’est l’ADN de la marque, directement lié à mon ADN …

Aujourd’hui c’est l’apparence, la dernière tendance et l’emballage qui priment …Ce que nous avons ici au centre de l’Europe en terme de domaines skiables et hors pistes représente l’un des plus incroyables terrains de jeux au monde. Mon bureau est situé au cœur des Alpes, et – chrono en mains – guère plus de 45 minutes des plus magiques spots de ride.

La D1, cet engin au shape intemporel est l’aboutissement de décennies passées à glisser dans les montagnes et sur l’eau, à ressentir et comprendre pas à pas, jour après jour les mécanismes et composantes de ce qui est nécessaire pour élaborer une board qui se démarque à ce point des autres, qui soit littéralement extra-ordinaire. Laissez-moi vous dire, c’est loin d’être simple que de tout assembler … il suffit d’un grain de sable et soudain l’équilibre est rompu. Ne vous laissez pas embobiner par le marketing ; un snowboard de qualité prend du temps pour être développé et s’il est réellement bon, il n’a pas besoin d’être changé chaque saison !

Ce que j’ai mis dans le D1 est une alchimie unique, le fruit de tellement d’expériences et de réflexions à penser comment améliorer votre ride, vos appuis, votre façon de glisser, pour que vous soyez plus puissants tout en forçant moins, pour que vous gagniez en fluidité et ressentiez une vraie sensation de surfer la neige, et non pas juste un aguichant slogan marketing actuellement tendance… Les shapes Dupraz vous offrent plus de performance et de sensation quel que soit votre niveau ou les conditions de neige, tout cela en fournissant moins d’effort. Une façon plus intuitive de rider, bien plus naturelle.

Une autre source d’énergie provient des incroyables moments que je passe seul à glisser et jouer dans la nature ainsi qu’à l’admirer ; tout cela me donne le sentiment d’en faire partie et d’être spirituellement connecté, très probablement source de jeunesse…

Dupraz

Dupraz

Quelle est votre approche du design ?
Depuis le premier jour du lancement de la D1 en 2003, j’ai travaillé sur ce qui se trouve à l’intérieur de la planche, pour optimiser le shape et la géométrie uniques des Dupraz. J’ai toujours voulu que mes snowboards se rapprochent du sur-mesure comme ce que j’ai fait durant des années en shapant les planches’custom’.

Au fil des années, j’ai été amené à faire évoluer les procédés de fabrication, à travailler sur les matériaux, pour que la planche soit plus légère sous les pieds, plus vive et encore plus joueuse. Nos planches sont ultra solides et je suis content de voir que nos clients les conservent très longtemps.

Nous sommes totalement investis pour que le snowboard connaisse à nouveau ce qui sera, j’en ai la conviction, un nouvel âge d’or. La nouvelle façon de surfer qu’offre la D1 permet d’envisager la venue d’un marché prometteur ; celui-ci s’était finalement enfermé dans une niche de freestyle bien trop élitiste, et coupé de la grande majorité des snowboardeurs. A nouveau Dupraz fait la trace ! Le potentiel de croissance est énorme et depuis toutes ces années nous maitrisons parfaitement notre concept qui provient de l’essence même du snowboard. De leur côté les shops se montrent de plus en plus intéressées par nos shapes. Le bouche-à-oreille en provenance de nos fidèles clients fonctionne à plein régime, et ce, à l’échelle internationale ; l’heure est au renforcement de tout notre réseau en nous appuyant sur les meilleurs agents et distributeurs.

Parlez-nous de l’aspect production chez Dupraz
Chez Dupraz, nous nous félicitons et tenons à faire produire dans un pays démocratique, où les salaires sont décents et où les employés sont au bénéfice de droits sociaux qui les protègent. Les personnes qui fabriquent nos planches à la main savent ce qu’elles font car elles vivent en Europe au cœur des montagnes et peuvent facilement aller glisser sur nos planches.

Comment travaillez vous par rapport à l’aspect environnemental?
N’oublions jamais cette évidence: le meilleur des déchets est celui qu’on ne produit pas ! La réalité d’aujourd’hui est que les snowboards – comme les skis – sont quasiment impossibles à recycler. En créant la D1 j’ai délibérément cherché à réduire au maximum le quiver du snowboarder. J’ai voulu concevoir une board capable d’en remplacer trois ou quatre autres – ce qui s’est révélé être le cas -, une board avec laquelle on peut tout faire. C’était un challenge extrêmement audacieux, mais tout simplement la meilleure option pour la planète.

De même que vos boards inspirent tout un marché, vous avez également été un des premiers à organiser des Banked Slaloms avant que ce soit tendance, non?
Depuis plusieurs dizaines d’années, les compétitions étaient à mon avis trop élitistes et pas suffisamment ouvertes au snowboardeur moyen. Je pensais que c’était un vrai problème pour notre sport. J’ai donc décidé il y a douze ans d’organiser des épreuves de Banked Slalom et de promouvoir ce format de compétition, existant aux Etats Unis depuis 1985 mais quasiment disparu mis à part la course originelle mythique qui se déroule chaque année à Mount Baker. Le Banked Slalom est un évènement accessible, convivial, fun, ouvert à tous, sans danger, et qui offre des sensations très proches du surf aquatique. Dupraz snowboards en a organisé plus de 40 à ce jour en France et en Suisse, et je m’y suis personnellement énormément investi. Je suis heureux de voir les résultats de cette initiative qui avait du sens pour moi et qui se propage maintenant à l’échelle mondiale. Nous allons fêter le 10e anniversaire du Dupraz Happy Banked Slalom à Morillon/Grand Massif en 2018. Nos planches D1 sont souvent sur les podiums de Banked Slaloms réputés un peu partout en Europe.

Dupraz

Dupraz

Qu’est ce qui est unique dans votre modèle de distribution?
Nos produits ne subissent pas le phénomène des prix cassés. Nous ne surproduisons pas et ne vendons pas selon la tendance actuelle du très court terme.
Nos revendeurs peuvent offrir un produit original qui n’est pas vendu par tout le monde – permettant donc de garder une bonne marge – et qui enchante leur clientèle. Satisfaire ses clients au delà de ce qu’ils attendaient permet au revendeur de retrouver pleinement son rôle originel de prescripteur technique.

Que nous réserve-t-on de nouveau chez Dupraz en 2018?
Ça dépend de ce que l’on entend par “nouveau”. Chez nous, nouveau signifie intemporel. Ça peut sembler paradoxal mais, dans les faits, il ne s’agit pas que de subtiles différences. Lorsque les rideurs entrent dans notre monde et se mettent à ‘parler notre langue’, ils découvrent quelles sont les différences entre les modèles et comprennent toute la cohérence et les notre gamme. Nos planches ont l’air identiques, mais, en réalité elles ont de vraies particularités dans leurs programmes d’utilisation. Pour 2018, d’une part nous lançons plusieurs nouvelles D1 dans lesquelles on joue beaucoup plus avec les fibres de carbone, et d’autre part des designs plus colorés sur certains modèles pour traduire le fun qu’ils procurent.

Magazine

Issue 92 Cover

News

Send this to a friend